Premier billet : des excuses et un premier bilan.

Bonjour à tous !

Pour commencer, je tenais à m’excuser. Le slogan (selon WordPress) « Ma vie d’auto-entrepreneur » n’est pas tout à fait juste. Je ne suis pas auto-entrepreneur. Du moins pas encore. En même temps, il n’est pas faux non plus… Je vais m’expliquer :

Depuis le 1er janvier 2009, comme vous le savez sans doute, un nouveau dispositif est en vigueur dans le monde de l’entreprise : « l’auto-entrepreneur« . Ce nouveau régime est « simple » et accessible à « tout le monde » selon M. Hervé NOVELLI, Secrétaire d’Etat chargé du Commerce, de l’Artisanat, des Petites et Moyennes Entreprises, du Tourisme et des Services (la liste s’arrête là). Dans les faits, cela s’avère vrai pour une majorité de citoyens désirant developper une activité (secondaire ?) lucrative. Pour les autres, c’est une autre paire de manches. Evidémment, avec une introduction pareille, pas la peine d’avoir fait Saint-Cyr pour deviner que je ne fais pas parti de cette majorité 🙂

En effet, je suis de ceux qui désirent avoir une seconde activité professionnelle. Cependant, ce cumul peut être restreint (ou voir impossible) en fonction du contrat ou du statut dans lequel vous exercez votre première activité. Dans mon cas, c’est simple, je suis un contractuel de la fonction publique (CDD de 3 ans), pour une Collectivité Territoriale. Je suis donc assimilé Fonctionnaire et le cumul d’activité est difficile et sous conditions. Je ne vais pas m’étaler sur ces aspects, mais il faut savoir que depuis 2007 et août 2009, la loi s’est pas mal assouplie : les créateurs et repreneurs d’entreprises peuvent cumuler leur deux activités durant une période de deux ans renouvelable pour un an (pour les plus matheux d’entre nous, ça fait 3 ans). Qui dit entreprise, dit auto-entreprise ! Donc c’est possible ! Mais… Car il y a toujours un mais ! Il faut :

  1. annoncer la nouvelle à son employeur et obtenir son aval ;
  2. remplir quelques dossiers (assez simples et rapides, mais il faut le faire) afin qu’une commission de déontologie puisse statuer sur votre cas.

Deux étapes uniquement. Mais 6 mois d’attente. C’est long, très long quand on est pressé de démarrer son (auto-)entreprise. Mais tant pis, il y a tellement de choses à faire avant (liste non-exhaustive) : réfléchir, déterminer précisément ses offre/services, réfléchir, trouver des clients (nécessaire…), réfléchir, mince ! Trouver une assurance professionnelle, réfléchir et réfléchir. Je reviendrai probablement sur ces étapes (d’intenses réflexions) dans de prochains billets.

Donc non, je ne suis pas encore auto-entrepreneur. Mais presque ! J’ai eu mes autorisations officielles il y a moins d’un mois. Il ne me manque plus qu’à recevoir mes devis d’assurances professionnelles (si ces Messieurs-Dames des assurances m’entendent, dépêchez-vous !) et mon premier client avant de m’inscrire. Pas avant, je n’ai le droit « qu’à » trois ans de cumul d’activité…

Sources :
APCE
Le Figaro

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *